Des demandes de rétrocession par ceux qui bloquent le projet

Depuis la période des années 70 au cours de laquelle le Conseil Général de Loire-Atlantique a commencé à acheter les terres et les biens au fur et à mesure qu’ils se libéraient, la très grande majorité des propriétaires et agriculteurs (+ de 80%) concernés ont accepté une négociation à l’amiable où les propositions de relocalisation qui leur ont été faites.

 

2017 01 expropriations zadRoute10Route d'accès à la ZAD

 

Aujourd’hui seuls 4 agriculteurs et une trentaine de propriétaires ont refusé les propositions de relocalisation, malgré les indemnisations sur la base d’une valeur à neuf de leur exploitation pour les agriculteurs et ont été expropriés.

 

Ce sont ces mêmes personnes qui soutiennent le blocage du chantier par la force en revendiquant de reprendre la propriété de leur bien au motif que les travaux n’ont pas commencé dans les délais impartis (5 ans après la date d’expropriation).

 

En effet les travaux n’ont pas pu débuter pour cause d’occupation illégale et violente du site par les Zadistes rendant l’accès à la zone totalement impossible pour le concessionnaire et ses sous-traitants ; et non en raison d’un abandon du projet.

 

Ce blocage par la force sera l’un des éléments d’analyse du juge si les opposants n’obtiennent pas de réponse à leur demande de rétrocession de la part du concessionnaire.