Le SMA dans les territoires pour présenter l’intérêt de l’aéroport et recueillir les attentes

Le SMA dans les territoires pour présenter l’intérêt de l’aéroport et recueillir les attentes

SUIVEZ-NOUS

Publié le 25 avril 2017

Huit millions d’habitants au sein de la zone de chalandise dont 50%  vont encore prendre l’avion à Paris, doublement du trafic annoncé à Nantes-Atlantique…les enjeux du futur aéroport concernent tout le Grand Ouest et le SMA compte sur les territoires pour accompagner le transfert.

 

 

2017_04_25_ rencontres terriroriales

 

 

Le transport aérien s’apprête à vivre de fortes turbulences avec l’explosion du trafic annoncée à Orly et Roissy d’ici 2035 et l’inéluctable développement des plates-formes régionales. L’annonce par XL Airways d’une ligne entre Nantes et la Martinique est un premier signe avant-coureur du développement des low-cost moyen-courrier sur lesquels l’Aéroport du Grand Ouest pourra être compétitif.

 

Au-delà du transfert de Nantes-Atlantique qui est en enjeu majeur pour l’agglomération nantaise avec la suppression du Plan d’Exposition au Bruit, le repositionnement de l’aéroport au cœur de sa zone de chalandise de 8 millions d’habitants apportera de nombreux bénéfices à l’ensemble des usagers. Si ceux du Morbihan, du Finistère, de l’Ille et Vilaine ou du Maine et Loire seront gagnants, ceux de la Vendée ou du sud-Loire augmenteront leur temps de parcours. C’est pourquoi il est absolument essentiel de montrer non seulement quels seront les avantages de cet aéroport mais aussi quelles seront les solutions mises en place pour ceux qui seront plus éloignés.

 

C’est tout l’enjeu des rendez-vous effectués par Marc Bouchery, le Directeur du SMA avec les Présidents des départements et les Maires des grandes villes de l’Ouest. Tous sont sensibles au fait que le SMA vienne sur le terrain présenter des éléments pas vraiment mis en avant jusqu’à présent comme la redistribution prochaine du trafic vers les plates-formes régionales ou le développement des low-cost moyen-courriers.

 

Si L’Aéroport du grand Ouest ne voit pas le jour à Notre-Dame des Landes, c’est tout le Grand Ouest qui sera pénalisé : « Le futur aéroport ne doit pas seulement porter le nom de Grand Ouest, il doit l’incarner réellement dans les faits et c’est en travaillant avec les territoires que nous y parviendrons » insiste Marc Bouchery.

 

Présentation de l’évolution des trafics à 20 ans et plus, répartition géographique des usagers, temporalité des différentes connexions, complémentarité avec les plates-formes existantes, le tour d’horizon est large et permet de prendre en compte les attentes de chacun pour préparer les prochaines études que lancera le SMA.

 

A court terme, l’enjeu est principalement lié aux dessertes routières de l’aéroport du Grand Ouest sur lesquelles les départements auront un rôle à jouer important avec les Régions. Une attention particulière sera portée aux territoires du sud-Loire pour qui des conditions d’accès fiables et garanties en temps de parcours devront être mises en place dès l’ouverture de l’aéroport.

 

Yves Auvinet, Christian Gillet, François Goulard, Alain Cadec, Nathalie Sarrabezolles, Olivier Richefou respectivement Présidents des départements de Vendée, Maine et Loire, Morbihan, Côtes d’Armor, Finistère, Mayenne, tous ont été ou seront rencontrés d’ici cet été. Il en est de même pour les Maires de Quimper, de Brest ou Rennes. L’objectif est de bien intégrer leurs attentes dans les prochaines études lancées par le SMA dès les premiers signes donnés par le nouveau gouvernement.

à lire également

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest