Aéroport NDDL : les médiateurs admettent déjà leur échec !

Aéroport NDDL : les médiateurs admettent déjà leur échec !

SUIVEZ-NOUS

Publié le 24 octobre 2017

Les trois médiateurs nommés par le Gouvernement sur le dossier de l’Aéroport du Grand Ouest ont rendu compte hier soir de leurs travaux aux collectivités réunies au sein du Syndicat Mixte Aéroportuaire du Grand Ouest.

 

Après avoir dénoncé la partialité de cette médiation étant donné le profil de 2 médiateurs opposés au transfert et les soupçons de conflit d’intérêt ayant donné lieu à la saisine de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique suite à la nomination de 2 experts membres de la fondation créée par Nicolas Hulot, l’ensemble des élus des collectivités présentes est ressorti médusé de cette restitution.

 

En effet, les médiateurs n’ont présenté que des expertises sur le réaménagement de Nantes-Atlantique alors que les tribunaux ont rappelé à maintes reprises que cette option ne relevait pas d’une « alternative avérée au transfert » et a été rejetée 178 fois par la justice et par le vote des citoyens concernés : Rien sur l’amélioration du projet tel que signé par l’Etat il y a près de 7 ans. Rien sur les conséquences dramatiques d’un renoncement en terme d’étalement urbain et donc de consommation foncière et agricole. Rien sur la manière « d’apaiser l’ensemble des acteurs et de rétablir l’ordre public » pourtant clairement explicitée dans la lettre de mission. Pire, les médiateurs ont avoué leur embarras en affirmant « nous ne sommes pas là pour mettre les gens d’accord, nous ne parviendrons pas à un consensus» alors que c’est pourtant semble-t-il l’objectif même de la médiation.

 

Les élus du Grand Ouest s’insurgent de la dérive de cette médiation voulue par le Président de la République qui avait pour but « d’apaiser la situation avant le début des travaux » et soutenue en cela à l’origine par les collectivités : « Si après tout ce qui s’est passé sur ce sujet et une consultation, on dit de manière arbitraire, je l’enterre parce qu’il y a encore des protestations, le message qu’on envoie c’est en gros il n’y a plus aucun projet qui est possible en France » affirmait avec force en janvier dernier Emmanuel Macron devant l’association humanité et biodiversité; propos confirmés le 28 février au forum des Travaux Publics : « Moi je vous dis, je l’ai toujours dit, je suis favorable au projet, parce qu’il y en a besoin et parce que ce projet a été voté ».

 

Pour Philippe Grosvalet, Président du SMA : « Cette médiation n’est plus qu’une énième expertise totalement illégitime et inefficace car elle contourne dangereusement les décisions des tribunaux et le vote des citoyens à l’encontre même des principes fondamentaux de la République pourtant clairs dans la lettre de mission. Nous écrirons dès demain au Président de la République qui est le garant des institutions et de notre démocratie afin de l’alerter sur cette manipulation grossière. L’avenir d’un territoire de 8 millions de personnes ne peut être dépendant des états d’âme d’un ministre qui semble vouloir s’affranchir pour des postures idéologiques des décisions de justice et du vote des citoyens…malgré ses déclarations demandant à le respecter dès le lendemain».

à lire également

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest