Hausse du trafic de 24% pour l’aéroport Nantes Atlantique

Hausse du trafic de 24% pour l’aéroport Nantes Atlantique

SUIVEZ-NOUS

Publié le 4 décembre 2017

Le trafic aérien de la plateforme aéroportuaire nantaise s’envole de mois en mois et novembre enregistre une augmentation record.

 

L’envol du trafic aérien à l’aéroport Nantes-Atlantique

Dans la continuité des mois précédents, le trafic passagers en novembre est en hausse de 24,02% par rapport à novembre 2016.
Ainsi, sur les 11 premiers mois de l’année, le trafic total à Nantes-Atlantique avec 50 871 mouvements d’avions, atteint 5 110 431 millions de passagers, soit  une hausse de 14,82% par rapport à la même période de l’année précédente. En octobre, les 5 millions de passagers ont été atteints pulvérisant ainsi avec 10 ans d’avance les prévisions du plan d’affaires de la concession signée en 2010170 jours de saturation ont d’ores et déjà été constatés contre 6 en 2011.

 

 

Un trafic dans les aéroports français plus modéré mais réguliEr

La croissance française est moins importante que celle constatée à l’aéroport de Nantes mais elle reste néanmoins très satisfaisante. Sur les 10 premiers mois de l’année 2017, le trafic aérien français a connu une progression de +5,8 %. Le nombre de voyageurs transportés franchit la barre des 140 millions, soit une hausse de 6,2% par rapport à à la même période de l’année précédente. En cumul annuel, à l’exception de Beauvais (- 11%) et de Paris-Orly (+0,6%) tous les grands aéroports disposent d’une hausse d’activité supérieure à +5%.
En parallèle, l’association européenne des aéroports commerciaux (ACI) annonce  une hausse de trafic de +8,7% par rapport à 2016, dans les aéroports européens.

À l’international les prévisions sont également positives

Au niveau international, IATA, l’association internationale du transport aérien, prévoit toujours plus de passagers en 2017 malgré la menace terroriste. Le trafic pourrait ainsi atteindre les 4 milliards de passagers d’ici la fin de l’année.
Et à l’échelle internationale comme à l’échelle locale, il faut répondre à cette croissance avec des équipements à la hauteur. Alexandre Juniac, le patron de l’IATA, estime d’ailleurs « qu’une crise d’infrastructure se profile. Notre infrastructure actuelle peut à peine répondre à la demande aujourd’hui ». Ce n’est pas sans rappeler la situation nantaise !

 

à lire également

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest