Déclaration de Nicolas Hulot sur Notre Dame des Landes

Déclaration de Nicolas Hulot sur Notre Dame des Landes

SUIVEZ-NOUS

Publié le 22 septembre 2017

Les collectivités demandent au ministre de prendre connaissance du dossier avant de s’exprimer !

Le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est exprimé ce matin sur Europe 1 concernant le dossier de l’Aéroport du Grand Ouest à Notre Dame des Landes, qui fait actuellement l’objet d’une médiation d’apaisement voulue par le Président de la République, en déclarant notamment qu’«on ne peut pas faire tous les investissements, on est dans une rigueur budgétaire importante », « que les terres agricoles sont devenues des terres rares » et qu’il y a « une lecture contemporaine et une autre passée du dossier ».

 

Les collectivités locales, tout en déplorant que le ministre s’exprime sur le dossier en pleine médiation, lui demandent d’en prendre connaissance avant d’en parler : ce transfert n’est plus un projet mais un contrat signé par l’Etat il y a 7 ans et déjà financé majoritairement par un opérateur privé. La contribution de l’Etat sera quant à elle entièrement remboursée par la vente des terrains de l’actuel aéroport, la TVA sur les travaux et une rémunération de 8,5% du chiffre d’affaires sur les 55 ans de la concession.

 

Concernant les terres agricoles, il est bon de rappeler que ce transfert va avant tout permettre d’éviter l’étalement urbain sur l’agglomération nantaise en y construisant 6000 logements sur une zone libérée du plan d’exposition au bruit qui consommera 2 fois moins de surface foncière qu’en 2ème couronne de l’agglomération.

 

Enfin concernant les grilles de lecture, si la lecture contemporaine du ministre est celle de donner raison à des zadistes qui piétinent l’écologie et l’environnement aux dépens des 42.000 Nantais qui subissent les nuisances aériennes mais eux, respectent la démocratie et la justice, il y a de quoi être inquiet !

 

Pour Bruno Retailleau, Président du SMA, « Il est temps que cesse le dogmatisme idéologique du ministre sur ce dossier. L’enjeu du climat ne se joue pas à Notre Dame des Landes. Il est d’éviter à 50% des Bretons et Ligériens d’aller à Paris prendre l’avion, souvent en voiture. Manifestement, le ministre qui avouait en juin ne pas savoir qu’une commune de 4000 habitants était située en bout de piste à Nantes Atlantique n’a pas profité de l’été pour travailler le dossier. Nous lui demandons en conséquence soit de cesser les postures idéologiques et caricaturales, soit de prendre en compte les décisions des tribunaux, des citoyens qui ont voté et les besoins des habitants du Grand Ouest qui seront 1,5 million de plus d’ici 2040 ».

 

 

 

à lire également

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest