Bruno Retailleau demande une clarification au sujet de la médiation annoncée par le nouvel exécutif

Bruno Retailleau demande une clarification au sujet de la médiation annoncée par le nouvel exécutif

SUIVEZ-NOUS

Publié le 19 mai 2017

Bruno Retailleau, Président de la Région des Pays de la Loire et Président du SMA  a réagi face à la presse cet après-midi aux diverses spéculations qui ont fait la une des médias ces derniers jour sur l’avenir du transfert de l’aéroport Nantes-Atlantique à Notre-Dame des Landes.

 

2017_05_19_BR demande une clarification au sujet de la médiation annoncée par le nouvel exécutif

 

 

Le Premier ministre Edouard Philippe indiquait sur France Inter le 18 mai 2017 « Notre-Dame-des-Landes, c’est un sujet redoutablement complexe pour une raison simple : c’est que l’ensemble des autorités administratives et juridictionnelles se sont prononcés dans le sens d’un feu vert au projet. Et accessoirement quand on a organisé un référendum, les électeurs se sont prononcés en faveur du projet. On ne peut pas rayer cela d’un trait de plume. Ça existe, c’est important pour l’action de l’Etat, pour l’autorité de l’Etat et pour l’action collective. On ne peut pas dire ‘‘tout ça, ça ne compte pas’’. ».

 

 

Mais le jour même, son Ministre de la transition écologique et solidaire appelait clairement à une médiation pour proposer une alternative.

 

Bruno Retailleau a donc souhaité rappeler les faits. Le Président de la République lui avait confirmé, dans l’Emission Politique sur France 2, la nomination d’un médiateur pour une durée limitée à 6 mois, précisant qu’« à l’issue de ces 6 mois, je ferai évacuer la zone, avec les forces de l’ordre qui s’imposent si l’on n’a pas réussi à faire baisser la pression. »

 

 

Bruno Retailleau rappelle que toutes les alternatives ont déjà été étudiées et écartées, y compris par les experts du CGEDD nommés par Madame Royale alors Ministre de l’environnement. Que ce soit sur le plan technique ou écologique, aucun aménagement ou extension de Nantes-Atlantique n’est possible. Ces éléments ont également été confirmés par la justice.

 

 

Le Président du SMA indique donc « si cette médiation est lancée dans un objectif d’apaisement de la situation et en vue d’obtenir un départ des occupants illégaux, je la soutiendrai avec l’ensemble des élus locaux. Mais si cette médiation est lancée pour camoufler un renoncement, un reniement alors nous nous y opposerons fermement. »

 

 

Bruno Retailleau  demande une clarification au nouvel exécutif et sollicite un rendez-vous rapide auprès du Premier ministre et lui envoie dès aujourd’hui un courrier commun signé par l’ensemble des Présidents des collectivités finançant le projet. 

à lire également

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest

Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest